Générales
  UTMB
  UMNT
  6000D
  6000D
  UTMB
  6666
  Gap
  Ubaye
  Ubaye
  6000D
  6000D
  Zegama
  6666
  Zegama
  TDS
  6000D
  6000 D
  Ubaye
  
  TNF
  Millau
  live
  
  News
  UTMB®
  6000D
  
  WS100
L'actu marques
  Fitsip
Les actus Trail
Organisations
  
  GRP
   Trail Stop ou Encore ?
05/10/2012

Le trail en pleine évolution, et des Illusions perdues

Le trail serait-il victime de son succès ? Passer son coup de gueule est-il à la mode ? Certains sont justifiés d’autres pas du tout à mon avis. Quelques réflexions qui me poussent aussi à donner mon avis et à vous poser quelques questions et vous proposer quelques pistes de solutions. Certains pensent tous savoir sur le trail, d’autres participent juste pour avoir une reconnaissance, certains critiquent le prix de certaines épreuves, d’autres c’est le système des barrières, d’autres c’est les déchets sur les parcours, d autres se plaignent de ne plus avoir rien sur les ravitaillements ? Cela va-t-il changer quelques chose de dire ceci sur des réseaux sociaux ou sur des forums ? Ne faut-il pas changer la classification des courses se déroulant en milieu naturel ? Il est toujours plus facile de critiquer les gentils organisateurs et aussi aux bénévoles qui sont présent sur ces manifestations. Combien osent le dire aux organisateurs directement ? Alors qu’on devrait les remercier d’organiser des manifestations qui nous permettent à tous de pouvoir vivre notre passion.

Le traileur serait-il plus râleur qu’un autre sportif ? Je pense vraiment qu’il faudrait vraiment différencier les trails qui se déroulent en terrain montagneux (haute ou moyenne montagne) et ceux qui se déroule en plaine. Quand je vois que certains appelle lors organisations trail de « machins trucs » pour des courses de 20 à 42 kms avec peu de dénivelé ou quasi pas de d+. Il me paraît plus juste qu’on les appelle « course nature ». Quand je voie que pour participer à une certaine course se déroulant à Chamonix en août, une course comme l’ecotrail rapporte autant de points qu’un trail du Vulcain. N’y aurait-il pas un problème par hasard ? Je prends cet exemple mais j’aurais pu en prendre d’autres. Ne faudrait –il pas interdire à certains types de coureurs de participer à des épreuves, surtout pour les épreuves de plus de 40 kms, se déroulant en milieu montagneux sans avoir participé à quelques courses d'une trentaine de kilomètres afin qu'acquérir de l’expérience en milieu montagneux.

D’autres se plaignent qu’on mette des barrières horaires sur des trails. Je trouve normale qu’on mette des barrières. D’abord pour éviter que les « marcheurs » viennent sur les trails pour admirer des paysages. C’est la porte ouverte à toutes les dérives. Et pourquoi ne pas organiser des piques niques sur les parcours pendant qu’on y est et de mettre des chaises en haut des difficultés pour se reposer et faire une petite sieste ??? S’ils veulent admirer le paysage tranquillement, ils peuvent les faire en off. On trouve assez facilement les parcours sur le net. On ne les oblige pas à participer à ces trails. Il suffit de lire les conditions lorsqu’on s’y inscrit et d’accepter le jeu des barrières.

Pour les gens qui trouvent que certaines organisations abusent sur les prix d’inscriptions. Je les rejoins mais pourquoi ne pas boycotter ces courses ? Cela ferait peut être prendre conscience qu’il y a un problème. Tant qu’ils auront du monde pour s’arrachent des dossards. Ils seraient bien bêtes de ne pas augmenter leur prix. Il existe tellement d’organisations plus intimistes où les coureurs ne sont pas considérés comme un simple dossard et on est accueilli comme un héros qu’on soit premier ou dernier comme par exemple le Challenge Charles et Alice. Et je ne dis pas cela parce que je connais l’organisateur.

Ne faudrait-il pas imposer aux organisateurs de publier les bilans financiers de leurs manifestations ? En cas de bénéfices importants, pourquoi ne pas les obliger à en reverser une partie à des associations.

En ce qui concerne les déchets, je reconnais que sur certaines organisations on en voit de trop. Mais c’est peut être un peu normale lorsqu’on accepte plus de 2 000 à 3 000 concurrents. C’est un peu facile de mettre tout sur le dos des organisations. C’est peut être aux coureurs de se prendre en main ? Tant que les endroits n’appartiennent pas personnellement aux gens, ils s’en fichent royalement où alors je n'imagine même le désordre chez eux. Un petit exemple qui est hors du contexte sportif, lors je travaillais dans le bâtiment ; les gens se fichaient totalement des locaux qui étaient à notre disponibilité. Ils allaient faire leurs besoins dans les douches, laissé traîner leurs déchets dans les salles de repas. Vous voyez ce n’est pas seulement dans le trail que l’humain est sale et incorrect. Afin de restreindre les déchets dans la nature ne faut-il pas limiter les « grandes classiques » de trail qu’à un nombre restreints de coureurs qui seraient choisi par rapport un classement ?

Pour les soucis rencontrés sur les problèmes sur les ravitaillements, certains prennent leurs précautions en partant avec leur ravitaillement personnel et d’autres non. Pourquoi ? Peut être pour gagner quelques grammes dans leur sac. Lorsqu’il s’entraine sur des sorties comment font-ils ? Ils ne prennent rien sur eux ou bien s’arrête il chez l’habitant pour demander à manger ou à boire ? Pourquoi ne faut-il pas proposer seulement aux ravitaillements de l’eau de quoi remplir sa poche à eau, ou bidons, et que chacun se débrouillement seul pour les ravitaillements solides. Cela permettrait déjà aux organisations de faire baisser leur coût et peut être de diminuer les prix d’inscriptions enfin espérons le. Un autre ’avantage de partir avec sa propre alimentation, c’est qu’on mange des choses qu’on aime et on n’est pas dépendant de l’organisation et des soucis qu’ils peuvent rencontrer pour différentes raisons. Cela éviterait du gâchis pour tous les restes qu’on y trouve. Que font-ils des restes ?

Comme je suis moi aussi un peu râleur comme tout le monde je pense. Hein, ne me dites pas s’il vous plait que vous n’avez jamais eu un coup de gueule contre une organisation. Je ne vous croirais pas. Là je râle contre les râleurs et les donneurs de leçons. Au moins cela soulage. Il est évident que cela n’engage que moi et que certaines choses sont quasi irréalisables. C’est juste quelques réflexions que je me suis faite à force de voir pleins de commentaires sur le net envers toutes les personnes qui démènent chaque week end afin qu’on puisse vivre notre passion. On devrait seulement leur dire un grand « MERCI ».

Je pense que chacun peut donner ses idées pour faire avancer notre discipline. Cela le fait-il vraiment avancer ? Un coureur « lambda » serait il écouté par les personnes qui prennent les décisions ? Bien sur que oui :) …

D'ici quelques semaines nous allons lancer le début de notre grand projet des URW Séries (A venir pour fin octobre) ! L'occasion de vous demander vos avis sur l'évolution du trail suite aux différents articles que vous avez eu l'occasion de lire....  

 




X
NEWSLETTER :