Générales
  6000D
  6000D
  UTMB
  6666
  Gap
  Ubaye
  Ubaye
  6000D
  6000D
  Zegama
  6666
  Zegama
  TDS
  6000D
  6000 D
  Ubaye
  
  TNF
  Millau
  live
  
  News
  UTMB®
  6000D
  
  WS100
L'actu marques
  Fitsip
Les actus Trail
Organisations
  
  GRP
   La Transbaie, nouvelle victime des réglementations
15/11/2011

Au moment ou vous commencez à préparer votre saison 2012, les nouvelles réglementations font des victimes ! 

Si nous avons abordé le problème Natura 2000, sur une news précédente, avec la Salicorne, nous constatons que malheureusement la liste s'allonge avec  le trail des D2B, ou nous pouvons lire sur le site :

" Le trail D2B 2012 n'aura pas lieu..
c'est avec un gros serrement au coeur que nous vous informons.

Devant l'incessante pression et la lourdeur des dossiers à monter conjuguées à des services de l'Etat toujours prompts à nous mettre des batons dans les roues,nous jetons l'éponge.

Ces propos ne sont assurément sans fondements: année 2011 mise en place de la règlementation NATURA 2000 et, les départements littoraux du Nord de la France se sont dotés des règles les plus contraignantes de tout le territoire bien décidés à faire comprendre aux organisateurs de sport nature que le littoral n'était pas un terrain de jeux, sauf à faire supporter aux coureurs des coûts d'études aussi absurdes qu'onéreux !

J'en veux aussi à l'ambiance qui s'est créée en cette année (résultant de la volonté de nous mettre à genoux):
   - amende de 192 euros aux noctendunes pour non respect de la règlementation sur les signaleurs (non pas un manque: mais des remplacements de dernière minute non déclarés)
   - accompagnement par les forces de la gendarmerie de nos signaleurs en baie de Canche pour la Salicorne
   - menace de la DDTM de nous interdire d'organiser sur le littoral,
   - une mention spéciale à EDEN 62 pour leur travail de sape auprès des services de l'Etat

Le pot de terre contre le pot de fer...nous nous retirons... avec le sentiment d'un grand gachis, nos manifestations ont toujours eu en point de mire de faire découvrir des territoires aux locaux et aux "extérieurs", d'avoir un retour pour l'économie locale, de ne pas dépendre de subventions publiques et que le sport pouvait se faire dans un bon esprit .

L'avenir est-il aux courses dites OFF, non compétitives, sans encadrement et à itinéraire libre: on peut raisonablement se poser la question?

Le tour de table objectif maintes fois demandé n'a jamais pu être mis en place et nous sommes désormais dans une quasi impasse.

sportivement

Marc  "

La Transbaie et l'équipe d'organisation jette l'éponge !

Une grosse épreuve se prépare à prendre le même chemin !

Extrait du Courrier Picard du 03/11/11

"L'épreuve de course à pied a peut-être connu sa dernière édition au mois de juin. En cause, une taxe d'occupation du domaine public maritime que l'organisateur conteste.

En baie de Somme, elle est devenue au moins aussi célèbre et emblématique que les phoques ou les oiseaux migrateurs.

La Transbaie, course pédestre de 15 km reliant Saint-Valery-sur-Somme au Crotoy, risque cependant de disparaître de la carte postale. «Je suis fatigué et je ne vois pas quel sera le facteur déclenchant qui me fera revenir dans l'autre sens, confie Denis Courtois, organisateur et fondateur de l'épreuve en 1989. C'est une fête magnifique et je me demande bien pourquoi on m'emmerde avec des conneries pareilles. »

Habitué des coups d'éclat et des coups de gueule, Denis Courtois semble cette fois-ci bien décidé à jeter l'éponge. En cause, une taxe de 3 000 € relative à l'occupation du domaine public maritime instaurée il y a trois ans par les services de l'État.

«Sur le domaine public, toute occupation temporaire donne lieu à une redevance », justifie Matthieu Garrigue-Guyonnaud, directeur de cabinet du préfet. En 2009, l'État décide donc de faire appliquer la loi (article 2221-1 du code général de la propriété des personnes publiques), au regard du succès croissant de l'épreuve, et de son emprise sur le domaine public.

Mais au-delà de la somme, calculée en fonction du nombre de participants, l'organisation remet surtout en cause le principe. «Je ne vois pas pourquoi nous serions obligés de payer alors que des milliers de personnes piétinent la baie, chaque année, sans sortir un centime », s'insurge Denis Courtois.

Localement, élus de tous bords dénoncent les incohérences de l'administration. « Cette histoire me révolte, s'emporte le maire UMP de Saint-Valery-sur-Somme Stéphane Haussoullier. Je ne comprends pas pourquoi l'État s'entête et je regrette qu'une manifestation qui participe autant au rayonnement de la baie ne bénéficie pas d'un régime particulier. »

«C'est encore du racket de la part de l'État »

Même incompréhension chez le chasseur Nicolas Lottin, conseiller général sans étiquette (ex-CPNT) du canton de Saint-Valery : «Il y a deux poids deux mesures, et c'est encore du racket de la part de l'État. »

Plus le temps passe, et plus la décision de Denis Courtois semble irrévocable. Une réunion, peut-être de la dernière chance, se tiendra prochainement en sous-préfecture d'Abbeville. «On peut discuter sur le montant, mais en aucun cas le principe de cette redevance ne peut être remis en cause », prévient le représentant du préfet.

FABRICE JULIEN"

Si la course nature se retrouve à la croisée des chemins, avec des réglementations de plus en plus diffciciles pour les organisations, nous risquons de nous retrouver dans les deux ans avec uniquement des grosses organisations, qui pourront payer, les dossiers, les taxes, etc.

Pouvons nous changer ceci ? avez vous des solutions ?  Voulez vous des petites épreuves ? etc... des questions des réponses, des échanges sur notre page facebook...

 

 




X
NEWSLETTER :